Alimentation

Les erreurs alimentaires

Erreurs alimentaires

“La cause essentielle de nos maladies réside dans nos erreurs alimentaires” Dr Kousmine

L’alimentation est un facteur clé de notre santé mais elle est très individuelle. Elle est à adapter selon de nombreux facteurs :

  • votre âge,
  • votre état de santé,
  • le rythme de votre journée,
  • la saison,
  • vos envies,
  • vos convictions…

En revanche, nous pouvons lister les erreurs à éviter et les produits nocifs car ils sont communs à tous.

Ces erreurs alimentaires acidifient l’organisme alors que pour fonctionner, nos cellules ont besoin d’un environnement légèrement alcalin (cf podcast).

La note est lourde pour éliminer ces éléments toxiques et revenir à un bon équilibre acido-basique. Nous allons devoir dépenser beaucoup d’énergie et de réserves minérales.

Nous allons ressentir de la fatigue, affaiblir notre système immunitaire puis déclencher des pathologies ORL, manifester des douleurs articulaires ou encore avoir une peau, des cheveux et des ongles en mauvaise santé. Bref, tous ces petits maux de notre quotidien.

Sur ce terrain inflammatoire généralisé, au fil des années se développent toutes les maladies métaboliques (obésité, diabète, hypertension, pathologies cardiovasculaires) jusqu’aux cancers.

D’où l’importance de rectifier ces erreurs alimentaires.

De quoi faut-il se méfier ?

1) Aliments transformés

Aliments transformés

Ils se multiplient sur les rayons des supermarchés. Tous ces « aliments » qui n’en sont pas, sont produits industriellement, mis sous plastique avec un packaging attractif à grand renfort de publicité.

Ils sont faciles à reconnaître avec leur liste effrayante d’additifs : colorants, conservateurs, édulcorants, exhausteurs de goût, émulsifiants, arômes artificiels…

Les produits raffinés comme les céréales (blé, riz …) le sucre, le sel ont été dénaturés et ne contiennent plus les vitamines et minéraux d’origine.

Autre produit transformé  à éviter également : les huiles hydrogénées ou graisses « trans » dans les margarines et les pâtisseries industrielles.

2) Produits très protéinés

Viandes

L’excès de protéines fatigue le foie et les reins. Des fragments peuvent passer la paroi intestinale et déclencher des réactions allergiques.

Ces protéines sont d’origines animales ou végétales.

· Les viandes :

Nous avons un tube digestif long, adapté à la digestion des végétaux principalement. La viande est donc peu digeste.

Il convient de ne pas en consommer quotidiennement et de privilégier la qualité du produit. Les élevages intensifs imposent aux animaux des conditions de vie stressante, une alimentation de très mauvaise qualité et une grande quantité de molécules médicamenteuses. Par conséquent, la viande produite est nocive pour notre santé.

· Les graines :

Les céréales (blé, maïs…) et les légumineuses (lentilles, pois chiches…) sont très acidifiantes SAUF si on les fait tremper ou germer.

On parle beaucoup de la problématique du gluten parce qu’en Europe nous consommons principalement du blé. Celui-ci est la céréale qui a la plus grande teneur en gluten. A des fins de rendement et de productivité, le blé a été hybridé et contient de nos jours 3 fois plus de gluten qu’à l’origine. On voit logiquement augmenter le nombre d’intolérants.

Il est donc recommander de réduire la portion de cette catégorie d’aliments et de :

  • faire tremper les légumineuses.
  • privilégier des farines de céréales complètes et de variétés anciennes,
  • consommer de préférence des pains au levain (plus digestes grâce aux ferments).

3) Aliments à indice glycémique élevé

Féculents

Attention, ils ont pris une part trop grande dans l’alimentation moderne.

Ce sont les sucres et les produits amidonnés, c’est-à-dire les féculents (riz, pain, pâtes).

A fortiori, s’ils sont raffinés comme on l’a vu précédemment.

4) les produits laitiers

Produits laitiers

Il est question principalement des produits à base de lait de vache. En effet, cet aliment de croissance du veau est inadapté pour nous. D’autant plus si l’on considère les conditions d’exploitation des vaches et les multiples traitements administrés (antidépresseurs, antibiotiques, hormones). Dans ce contexte, le lait est dénaturé et n’a plus les mêmes vertus que le lait cru non pasteurisé des fermes d’antan.

5) Les stimulants

Alcool

Alcool, boissons énergisantes, sucre, café et thé. Ils sont un coup de fouet immédiat mais au final ces produits demandent énormément d’énergie pour être éliminés, pour compenser l’acidité qu’ils apportent. Ils sont dévitalisants et créent un état de dépendance.

6) Le mode de cuisson

Friture

Privilégiez les modes de cuisson douce comme la vapeur pour ne pas perdre le contenu micro-nutritionnel des aliments. Évitez le four à micro-ondes, les fritures et les grillades. Ces cuissons entraînent la formation de molécules de Maillard qui sont cancérigènes.

 

Je vous encourage à éliminer ou fortement diminuer ces produits. Essayez de limiter les erreurs alimentaires. Faites l’expérience sur une catégorie d’aliments durant 3 semaines afin de vous rendre compte des bienfaits sur l’organisme.

Bien sûr, il ne s’agit pas de tout supprimer. Tout est une question d’équilibre et de bon sens, un écart peut être compenser le lendemain !

Allez-y progressivement en augmentant d’abord les produits sains.

Ne craignez pas la frustration, soyez plutôt dans la curiosité de découvrir d’autres saveurs comme lors d’un voyage. Et savourez le bien-être retrouvé.

Prenez soin de vous ! 😉

Partager l'article
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement votre guide "Vitalité et Sérénité"

pour enfin sortir de la fatigue et du surmenage